Humbert Ier aux Mains Blanches de Savoie 1 2

Nom de naissance Humbert Ier aux Mains Blanches de Savoie
Nom de naissance Humbert Ier aux Mains Blanches de Maurienne
Nom de naissance Umberto Ier Biancamano de Savoie
Nom de naissance Humbert Ier Blancis Manibus
Identifiant Gramps I3123
Genre masculin
Âge au décès environ 77 ans

Événements

Événement Date Lieu Description Sources
Naissance [E4127] vers 972      
Décès [E4128] vers 1049 Hermillon, Savoie, Rhône Alpes, France    
Inhumation [E5440]   Saint Jean de Maurienne, Savoie, Rhône Alpes, France    

Familles

    Famille de Humbert Ier aux Mains Blanches de Savoie et Auxilia [F1390]
Mariés Femme Auxilia [I3124] ( * + ... )
   
Événement Date Lieu Description Sources
Mariage [E4129] entre 995 et 1000      
  Enfants
Nom Naissance Décès
Othon Ier de Savoie [I3121]vers 10171/3/1060

Media

Anecdote

Humbert Ier de Savoie, dit « Humbert aux Blanches Mains » (en Italie Umberto Ier de Savoie Biancamano), est né entre 970 et 980 en Maurienne, et mort le 19 juillet 1047. Il fut comte de Maurienne, comte de Savoie de 1027 à 1047 et le fondateur de la Maison de Savoie.

Selon une légende son vrai père serait un certain Bérold[1], prince saxon, qui avait fui le Saint-Empire pour se réfugier dans le royaume de Provence après avoir été accusé d’amour impossible avec la femme de l’empereur. Ce Bérold était un descendant du fameux Witikind, le vaillant antagoniste, puis ami de Charlemagne, mais cette légende aurait été fabriquée vers la fin du XVIe siècle, pour les princes de la Maison de Savoie afin de prouver leur origine saxonne et donc leur droit à ceindre, en tant que princes du Saint-Empire, la couronne impériale.

Probablement comte de Salmourenc (Viennois) en 1003, comte de Nyon en 1018, comte d’Aoste en 1024[2], il semble avoir bénéficié de la faveur du dernier roi de Bourgogne-Provence (peut-être son beau-frère ou beau-père) Rodolphe III dit le « Fainéant » puis du successeur de ce dernier Conrad II le Salique, qui devint ensuite empereur romain.

Humbert, fidèle lieutenant de l’empereur Conrad II le Salique, fut nommé, lors de la succession de Bourgogne, commandant de la marche de Maurienne (marquis) en 1033 pour soumettre l’évêque rebelle de Maurienne, qui, soutenu par Eudes II, comte de Blois, de Troyes et de Meaux, voulait s’affranchir de l’autorité impériale. Avec quelques troupes qu’il avait levées en Piémont, Humbert, organisa un long siège de la ville de Saint-Jean-de-Maurienne, résidence de l’évêque, puis la prit d’assaut et la fit entièrement raser.

L’empereur Conrad, annexa l’évêché de Maurienne à celui de Turin, et le siège épiscopal de Saint-Jean-de-Maurienne fut interdit jusqu’en 1061. Il récompensa son fidèle lieutenant en le créant comte souverain de Savoie (comes in agro Savojensi), et le titra (dates non connues) comte de Maurienne, cependant cette première concession, ne s’étendait qu’à une partie de la Maurienne et à quelques-unes de ses petites vallées. Plus tard Humbert devint aussi comte de la Tarentaise, comte du Val d'Aoste, comte de Bugey, comte de Chablais et comte de Sermorens (1038).

Humbert s’installa au château-fort de Charbonnières, bâti vers le milieu du IXe siècle et qui dominait la ville d’Aiguebelle, la capitale du comté, et défendait la vallée de la Maurienne. Il était situé à un endroit stratégique, aux marches de la vallée de la Rochette et de ce qui est aujourd’hui la Savoie Propre et la Haute-Savoie. Ce castel féodal resta jusque vers le milieu du XIIIe siècle la résidence ordinaire des premiers comtes de Savoie.

Le comte Humbert s’occupa activement d’améliorer le sort de la population, son surnom de aux blanches mains (Albimanus) semble être apparu au XIVe siècle et signifiait non pas qu’il avait les mains blanches, mais qu’il était un homme généreux, selon d’autres, l’appellation pourrait venir d’une déformation de aux blanches murailles montagneuses faisant référence aux montagnes enneigées, c'est-à-dire celui qui contrôle le passage stratégique des grandes vallées alpines de la Savoie.

Des interrogations existent sur l’identité réelle de son épouse :

Ancilie d'Aoste (ou Ancilia, Ancilla, Auxilia), fille du recteur laïc de l’abbaye de Saint-Maurice d'Agaune, qui semble la plus probable ;
Ancilie de Lenzbourg (ou Ancillie de Lensbourg), (974-?), fille de Arnold Von Schannis, maître de cérémonie de la maison de Bourgogne ;
Ancilie de Nyon, fille d’Anselme de Nyon.
Son épouse lui donna cinq enfants, dont :

Amédée Ier de Savoie, surnommé la Queue (1016 - 1051), 2e comte de Savoie et de Maurienne ;
Berthold de Savoie ou Bouchard ou Burckard (avant 1023 - 1065 ou 1068), coadjuteur d’Aoste, prieur de St-Maurice d’Agaune, archevêque de Lyon ;
Aymon de Savoie, abbé bénédictin de St-Maurice d’Agaune, évêque de Sion (avant 1023 - 1053 ou 1054) ;
Othon Ier de Savoie (v. 1023-1078), marquis en Italie (v. 1045), 3e comte de Savoie et de Maurienne (1069) ;
Adélaïde de Turin (v. 1025), ép. de Guigues le Vieux (1000 - 1070), comte d’Albon et de Grésivaudan.
Humbert mourut à Hermillon le 19 juillet 1047 et fut regretté de son peuple. Sous son règne, originaires de ses terres, vécurent :

Saint Anselme (1033-1109), qui devint archevêque de Canterbury;
Le moine Gérald l’Allobroge (vers 980 - 1061), qui fut pape sous le nom de Nicolas II ;
Saint Bernard de Menthon, prédicateur et fondateur des hospices du grand et du petit Saint-Bernard.

[source Wikipedia]

Anecdote

The origins of Humbert I Comte de Maurienne, first known ancestor of the counts of Savoy, are unproven. Alternative theories have been proposed:

· descent from Garnier Comte de Troyes, whose son Hugues may have received part of the county of Vienne, and whose own son Humbert has been postulated (probably incorrectly, see above) as the father of comte Humbert I.

· descent from the local family headed by Amédée Comte [de Belley], living in [977] (see above). A link between these two groups of families is suggested by the various donations of property in the county of Belley made by Humbert I and his descendants (see the document SAVOY for these donations).

· descent from the first kings of Provence. This proposition is based only on a manuscript note written by d´Hozier in 1675, in a copy of Guichenon´s Histoire généalogique de la maison de Savoie later deposited at the Bibliothèque nationale in Paris, which states that "les chartes qui établissent la descendance de la Maison de Savoie des rois de Provence sont dans les Cartulaires de Saint-Maurice à Vienne"[240]. Presumably such alleged descent would be through Charles Constantin Comte de Vienne, son of Louis King of Provence, about whose two sons nothing is known apart from their names (see PROVENCE). No reference to such charters is found in the commentary on the cartulary of Vienne Saint-Maurice published by Ulysse Chevalier, or in the handful of charters themselves which he published. It must be assumed that, if such documentation ever existed, it has since disappeared.

It is also possible that Humbert I was related to Ermengarde, second wife of Rudolf III King of Burgundy, who appointed him as her representative in administrative dealings relating to her territorial holdings after her husband died. If this is correct, the family relationship cannot be traced as Queen Ermengarde´s parentage is not known, although the fact that Humbert I´s possible sister was also named Ermengarde (see below) may also indicate a family connection.

[source Medieval Lands]

Arbre généalogique

    1. Humbert Ier aux Mains Blanches de Savoie
      1. Auxilia [I3124]
        1. Othon Ier de Savoie [I3121]

Références des sources

  1. Charles Cawley: Medieval Lands - Foundation for Medieval Genealogy [S0099]
  2. Wikipedia [S0052]