Othman Kedous 1 2 3 4 5 6 7 8 9

Nom de naissance Othman Kedous
Nom de naissance Osman Kdous
Nom de naissance عثمان كدوس
Nom de naissance Osman Kedous 1
Nom de naissance Osman Boulakbech Kedous 1
Nom de naissance Othman Kdous
Identifiant Gramps I0321
Genre masculin
Âge au décès inconnu

Événements

Événement Date Lieu Description
Sources Notes
Naissance [E0458] estimée vers 1730 Gediz, Gediz, Kütahya, Turquie calculée entre 1690 et 1770
 
Note sur l'événement

Suuivant les durées attribuées à chaque génération cette naissance peut avoir eu lieu entre 1690 et 1770. La date la plus probable calculée avec 30 ans / génération est 1730.

Décès [E0459]   Kelibia, Nabeul, Tunisie  
 

Familles

    Famille de Othman Kedous [F0157]
  Enfants
Nom Naissance Décès
Ali Kedous [I0320]estimée vers 1761

Media

Anecdote

Othman Kedous, ottoman, est très probablement venu depuis sa ville d'origine de Kedous / Gediz (Turquie) servir comme militaire au fort de Kelibia au milieu du 18ème siècle.

Tous les détails sont sur http://kelibia.fr/arbre

Anecdote

Que savons nous et quelles hypothèses pouvons-nous faire sur Othman Kedous ?

1) Tradition familiale et généalogie

Le membre le plus ancien connu à ce jour de la branche Kedous / Kdous / كدوس est Othman / Osman / عثمان [I0321].
Othman Kedous aurait été un soldat ou un officier ottoman venu depuis sa région d'origine en "Turquie" à Kelibia / Qalibiyah / قليبية (Cap Bon / الوطن القبلي - Tunisie / تونس) pour servir ou commander dans le fort et qui se serait fixé sur place.

D'après Mohammed Kedous [I2204], Othman se serait appelé Othman Boulakbeche / Boulakbech c'est-à-dire Othman le "Commandant".

D'après la tradition familiale (principalement Mohammed Kedous [I2204] et Fathi Kedous [I0992]), le nom Kedous / Kdous / كدوس, viendrait d'une localité ou d'une île turque dont serait originaire Othman / Osman / عثمان.

La filiation entre Othman Kedous et Tahar Kedous [I0149] est :
Othman [I0321]
--> {Ali} Kedous [I0320]
--> Hassan Kedous [I0319]
--> Khalil Kedous [I0318]
--> M'hamed Kedous [I0317]
--> Hassan "Baba Sidi" Kedous [I0316]
--> Tahar Kedous (1911 - 1983) [I0149]
Les sources diffèrent sur le second de la lignée. Pour la plupart des membres de la famille, ce serait Ali [I0320] mais selon Mohammed Kedous le fils d'Othman serait directement Hassan [I0319].

En conservant Ali ben Othman Kedous [I0320] dans la filiation, 6 générations séparent Othman Kedous de Tahar ben Hassan Kedous né en 1911. Si on exclut Ali ben Othman Kedous et que l'on suppose que le fils d'Othman est directement Hassan ben Othman [I0319], il n'y a que 5 générations.

 

2) Anthroponymie

Du point de vue anthroponymique, beaucoup de familles actuelles de Kelibia et du Cap Bon portent des patronymes attestant une origine ottomane, notamment bosniaque (Bouchnak / Bouchnek), albanaise (Larnaout) et crétoise.

3) Eléments historiques

Au début du XVIIIème siècle, le nouveau bey de Tunis Hussein Ier - fondateur de la dynastie Husseinite qui régna jusqu'à la proclamation de la République Tunisienne en 1957 - chercha à consolider son pouvoir en faisant venir des troupes ottomanes pour renforcer la "milice turque de Tunis" forte d'environ 4 000 hommes.
Les effectifs de cette milice turque, à l'instar des armées modernes, étaient régulièrement renouvelés. Les nouveaux miliciens beylicaux étaient alors recrutés par les chargés d'affaire (oukil) à Istanbul des beys mouradites puis husseinites. Les recrutements d'anatoliens dans la milice turque de Tunis se sont taris au début du XIXème siècle.
Ce sont les revenus fiscaux des terres de la région de Mateur qui servaient à entretenir la milice turque de Tunis.

L'origine des soldats de cette milice est différente selon l'époque :
* Au départ (milieu du XVIème siècle), une différenciation est faite entre les Anatoliens (Sekbans ou jeunes recrues musulmanes) et les Azabs - janissaire chrétiens convertis issus du Devchirmé (Devchirmé signifie "cueillette", euphémisme pour kidnapping d'enfants, dans les possessions chrétiennes ottomanes) - beaucoup plus nombreux.
* Plus tardivement, avec la baisse de la pratique du Devchirmé, on note une différenciation entre les "impériaux" (des Ottomans, surtout originaires d'Anatolie) et les "locaux" ou Kouloughlis, c'est-à-dire les fils de Turcs et de Tunisiennes.
Mais cette différence ne change rien au statut et à l'avancement du soldat, contrairement à ce qui se passe dans la Régence d'Alger où les Kouloughlis sont déconsidérés. Le meilleur exemple de réussite des Kouloughlis est le fondateur de la dynastie Husseinite, Hussein Ier Bey, fils d'un janissaire ottoman originaire de Crète et d'une tunisienne du Kef.
Les Kouloughlis de Tunis ont ainsi droit à se loger dans les multiples casernes de Tunis s'ils ne trouvent pas d'habitation et à se voir intégrés dans la milice s'ils le désirent. De plus, dès leur naissance, ils ont droit à une pension payée par l'État beylical jusqu'à ce qu'ils aient l'âge de travailler comme soldats ou dans le civil. Cette pratique a perduré jusqu'au milieu du XIXème siècle.

Le fort (bordj) de Kelibia était servi par une garnison beylicale. Il servait à protéger le port qui abritait une escadrille de "course" (euphémisme pour piraterie maritime et racket) du bey de Tunis.

 

4) Toponymie

En Anatolie (République de Turquie actuelle, ancien empire ottoman), une bourgade est indiquée sous diverses appellations dans de nombreux documents des XVIIIème et XIXème siècles :
* Graphie en caractères arabes en ancien turc osmanli : كدوس (mentionné dans le "Dictionnaire géographique de l'empire ottoman" de C. Mandras (consul de Russie à Smyrne) de 1873 et dans "خداوندكار ولايتى سالنامسى (خداوندكار ولايت مطبعه سنده طبع اولنمشدر،‎) [almanach n°12 partie 2]" de 1884),
* Graphies en caractères latins dans diverses transcriptions en français, anglais, latin, italien, espagnol, néerlandais et allemand : Cadi, Dschedis, Gadis, Ghediz, Ghiedis, Ghieditz, Guédoss, Gjedis, Kadis, Kedous, Kédous, Kedus, Kodus.

Ce bourg, désormais chef lieu de district dans la province turque de Kütahyia, s'appelle maintenant Gediz en langue turque moderne (graphie en caractères latins).
En 2009, Gediz comptait 17 500 habitants.
Gediz est située sensiblement sur une ligne orientée nord est entre Izmir et Ankara (à 200 km d'Izmir et 300 km d'Ankara) et à environ 200 km au sud d'Istanbul.
Les coordonnées GPS de Gediz sont 39.04259 N - 29.41272 E.
En 1970, un séisme a affecté la ville de Gediz et ses environs faisant plus de 1000 victimes.

Cette localité de Gediz est aussi mentionnée dans des textes antiques (notamment Strabon / Strabo, Ptolémée et Etienne de Byzance / Stéphanos Byzántios) qui la situent tantôt en Phrygie [Epictète], tantôt en Mysie.
Elle est appelée en grec ancien Κάδοι et est transcrite en caractères latins dans diverses langues Cade, Cadenus, Cadi, Cadis, Cadorum, Caodicée, Cidyessus, Kadi, Kadoi.

Il existe aussi un fleuve éponyme Kedous qui aux XVIIIème et XIXème siècles portait aussi les appellations :
* Graphie en caractères arabes en ancien turc osmanli : كدوس (mentionné dans "Aydın vilâyetine mahsus salnamesi" / annuaire de la province d'Aydin de 1891)
* Graphies en caractères latins dans diverses langues : Ghediz-Tchai, Ghediz-Tchaï, Guediz Tschay, Kadischay, Kédous, Keduschay, Kodossu, Kodus, Sarabad, Sarabat, Sarabet, Sarabut, Sarbat, Sarobat.
Dans les écrits et les cartes des XVIIIème et XIXème siècles, les appellations proches de Sarabat sont plus fréquentes que celles proches de Kedous.
Ce fleuve prend sa source dans les montagnes à proximité de la ville de Gediz et s'appelle en langue turque moderne Gediz ou Gediz Nehri. Il finit en delta dans la mer Egée près d'Izmir / Smyrna / Smyrne / Smýrni / Σμύρνη / إزمير).
Dans l'antiquité, les grecs d'Asie Mineure nommaient ce fleuve Ερμος (transcrit en Hermos ou Hermus). Le Pactole, un de ses affluents, était aurifère ; Midas et Crésus y auraient trouvé la fortune.

Une recherche géographique et toponymique très approfondie n'a pas permis de trouver d'île en Méditerranée dont le nom pourrait correspondre de près ou de loin à Kedous / كدوس.

 

5) Déductions, hypothèses et compléments

Beaucoup d'éléments attestés coïncident avec la tradition familiale :
* Les beys de Tunis ont recruté pour leur milice de nombreux militaires anatoliens jusqu'au début du XIXème siècle.
* Le fort de Kelibia abritait une garnison ottomane.
* L'anthroponymie de familles de Kelibia atteste des origines est-méditerranéennes ou balkaniques dans la région du Cap Bon.
* La plupart des recrues anatoliennes du bey ont fait souche en Tunisie.
* Une bourgade et un fleuve d'Anatolie étaient nommés Kedous / كدوس (graphies latines et arabes) aux XVIIIème et XIXème siècles.
* Suivant la valeur que l'on fixe à la durée d'une génération, Othman Kedous pourrait être né entre 1690 (37 ans / génération - 6 générations incluant Ali Kedous) et 1810 (20 ans / génération - 5 générations excluant Ali Kedous).

A partir des ces éléments, on peut bâtir le scénario le plus probable :
* Othman Kedous / Osman Kdous / كدوس عثمان est né vers 1730 en Anatolie très probablement dans les environs immédiats de la ville actuelle de Gediz ou bien encore le long du fleuve Gediz Nehri.
* Vers 1750, il est recruté en Anatolie par les émissaires du bey husseinite de Tunis et parvient à la garnison de Kelibia / قليبية où il se fixe et fait souche.
* Ali Kedous est son fils et Hassan Kedous est son petit fils (sinon la naissance d'Othman Kedous est trop tardive par rapport au flux de recrutement d'anatoliens dans la milice beylicale).

Une autre famille de Kelibia, les Boulakbeche / Boulakbech, qui signifie commandant, descendrait aussi du même ancêtre Othman Kedous. Toutefois, jusqu'ici, aucune parenté n'est attestée entre les familles Boulakbeche / Boulakbech et Kedous / Kdous.

Voir aussi dans cette généalogie l'individu non attesté "? dit Lengliz ou Lingliz" [I1021], contemporain probable d'Othman Kedous peut-être d'origine anglaise ou britannique.

Il est plus que probable, d'après les estimations de date, qu'Othman Kedous n'ait pas eu à combattre lors des deux bombardements successifs de Kelibia et de son fort par la flotte française de Louis XIV en 1669 puis en 1671.

**************************************************
Toute information complémentaire sur Othman Kedous, sur son origine et son parcours confirmant ou infirmant les hypothèses ci-desdus est par avance bienvenue.
**************************************************

 

6) English summary

The oldest known member of the Kedous / Kdous / كدوس branch is Othman / Osman / عثمان [I0321].
Othman Kedous was probably an ottoman soldier or officer who has served in the fort of Kelibia / Qalibiyah / قليبية (Cap Bon / الوطن القبلي - Tunisia / تونس).
According to familial tradition, the name Kedous / Kdous / كدوس comes from the birthplace in "Turkey" of Othman Kedous.

There are 6 or 5 generations between Othman Kedous and Tahar Kedous [I0149] born in 1911. Also the interval for the birth of Othman is between 1690 (37 years / generation - 6 generations) and 1810 (20 years / generation - 5 generations).

According to documents & maps of 18th and 19th centuries, a town in Anatolia in the province of Kütahyia in Turkey now named Gediz was named:
* كدوس in arabic script in old osmanli Turkish,
* Cadi, Dschedis, Gadis, Ghediz, Ghiedis, Ghieditz, Guédoss, Gjedis, Kadis, Kedous, Kédous, Kedus, Kodus in latin script in several languages.
This town is very old and was called Κάδοι in old greek (transcribed in latin script Cade, Cadenus, Cadi, Cadis, Cadorum, Caodicée, Kadi, Kadoi).

A Turkish river (with its spring near the town of Gediz) is also now called Gediz or Gediz Nehri. In 18th and 19th centuries, this river was called:
* كدوس in arabic script in old osmanli Turkish,
* Ghediz-Tchai, Ghediz-Tchaï, Guediz Tschay, Kadischay, Kédous, Keduschay, Kodossu, Kodus, Sarabad, Sarabat, Sarabet, Sarabut, Sarbat, Sarobat.in latin script in several languages.
This river was called Ερμος (Hermos or Hermus) in old Greek.

Possible scenario for Othman Kedous:
Othman is probably born around 1730 in the area of Gediz.
He has been recruited as a soldier by the bey of Tunis around 1750. He was a member of the garrison of the fort of Kelibia where he married and founded a family.

**************************************************
Any information about Othman Kedous and its birthplace (Gediz ?) is welcome.
**************************************************

 

7) Sources

* Famille Kedous principalement Mohammed Kedous [I2204] ainsi que Fathi Kedous [I0992]

* Roland Goutay a été le premier à trouver la ville de "Kédous" désormais Gediz dans le dictionnaire géographique Bescherelle.

* Cartes géographiques des XVIIIème et XIXème siècles trouvés sur les sites de recherche et d'archives indiqués ci-dessous dont :
- "Greece, Archipelago and part of Anadoli by Louis Stanislas de la Rochette" de 1791,
- "European dominions of the Ottomans, or Turkey in Europe. London. Published by William Faden" de 1795,
- "A new map of Turkey in Asia by Monsr. d'Anville" de 1794,
- "Carte de la Turquie d'Asie. Presque entiere contenant l'Anatolie, la Georgie, l'Armenie, le Curdistan, l'Alge-zira, l'Irak-Arabi, la Syrie & c. Projettee et assujettie aux observations celestes. Par M. Bonne, Hydrographe du Roi" de 1791.

* Traités et dictionnaires de géographie anciens trouvés sur les sites de recherche et d'archives indiqués ci-dessous dont :
- la "Méthode pour étudier la géographie" de Nicolas Lenglet Dufresnoy de 1768,
- "Mémoires de littérature tirés des registres de l'Académie Royale des Inscriptions et Belles Lettres" tome 35 de 1770,
- "The new universal gazetteer or Geographical dictionary" de Clement Crutwell de 1798,
- la "Géographie ancienne abrégée" de M. d'Anville de 1769,
- le "Dictionnaire géographique Bescherelle en 4 volumes" de 1857,
- le "Dictionnaire géographique de l'empire ottoman" de C. Mandras de 1873
- ouvrage en turc osmanli [almanach n°12 partie 2]" de 1884 : خداوندكار ولايتى سالنامسى (خداوندكار ولايت مطبعه سنده طبع اولنمشدر
- "Aydın vilâyetine mahsus salnamesi" / annuaire de la province d'Aydin de 1891.

* Sites de recherche et d'archives : David Rumsey Map Collection, Gallica, Google Books, Internet Archives / American Libraries, Wikipedia.

* Historique du fort de Kelibia sur le site de la municpalité de Kelibia http://www.commune-kelibia.gov.tn/FortFR.htm

* A propos de l'orgine de la famille Larnaout :
- Kar Larn sur Geneanet (http://gw2.geneanet.org/index.php3?b=klarnaout)
- la discussion sur Facebook (http://www.facebook.com/topic.php?uid=34016935637&topic=9807, http://www.facebook.com/group.php?gid=34016935637)

[mise à jour 13 août 2010]

Arbre généalogique

    1. Othman Kedous
        1. Ali Kedous [I0320]

Références des sources

  1. Mohammed Kedous: Mohammed Kedous [S0083]
  2. Familles Kedous / Kdous et Najar: Familles Kedous / Kdous et Najar (mémoire familiale) [S0084]
  3. Roland Goutay [S0094]
  4. M. Bescherelle Ainé et M. G. Devars: Grand Dictionnaire de Géographie Universelle Ancienne et Moderne ou description physique, ethnographique, politique, historique, statistique, commerciale, industrielle; scientifique, littéraire, artistique, morale, religieuse, etc ... de toutes les parties du monde [S0012]
  5. archive.org: American Libraries / archive.org / Wayback machine [S0195]
  6. David Rumsey: David Rumsey Map Collection [S0197]
  7. Bibliothèque Nationale de France: Gallica - Bibliothèque Nationale de France [S0189]
  8. Google: Google Books [S0196]
  9. Wikipedia [S0052]