Baudouin II le Chauve de Flandres 1

Nom de naissance Baudouin II le Chauve de Flandres
Identifiant Gramps I4002
Genre masculin
Âge au décès environ 52 ans

Événements

Événement Date Lieu Description Sources
Naissance [E5136] vers 866      
Décès [E5137] 918      

Parents

Relation avec la souche Nom Date de naissance Date de décès Relation dans la famille (si différent de la naissance)
Père Baudouin Ier Bras de Fer de Flandres [I4004]vers 836879
Mère Judith de France [I4005]vers 844après 870
         Baudouin II le Chauve de Flandres [I4002] vers 866 918
 
Æthelwulf de Wessex [I3740]vers 80213. janvier 858
Mère Judith de France [I4005]vers 844après 870
 
Æthelbald de Wessex [I4006]vers 83720. décembre 860
Mère Judith de France [I4005]vers 844après 870

Familles

    Famille de Baudouin II le Chauve de Flandres et Ælfthryth de Wessex [F1987]
Mariés Femme Ælfthryth de Wessex [I4003] ( * vers 877 + 7. juin 929 )
  Enfants
Nom Naissance Décès
Adalolphe de Boulogne [I4214]933
Arnoul Ier le Grand de Flandres [I4000]vers 88727. mars 964

Anecdote

Mineur à son avènement, Baudoin II de Flandres voit ses états subir une attaque sans précédent des Normands : les hommes du Nord détruisent Thérouanne, ravagent tout le pays et pillent les abbayes, semant mort et désolation sur leur passage. Ils passent l’hiver 880 à Gand. Au printemps 881 Tournai est pillée ; en 882, c’est le tour de Cambrai et d’Arras ; en 883, ils passent à Boulogne, Sithiu, Saint-Riquier, Furnes, à nouveau à Thérouanne, puis reviennent à Gand. Après un raid en Rhénanie, ils pillent Arras et se fortifient à Condé (885), puis à Courtrai (886). Le chef viking Rollon ravage la région de Saint-Bertin, à défaut de pouvoir s’emparer de la cité où les habitants résistent. En réaction, Baudouin II construit de nombreuses citadelles fortifiées, les bourgs ou “burchen”, confiés à des châtelains : ainsi en est-il d’Ypres, de Courtrai, de Bergues-Saint-Winoc, de Gand, de Bruges, de Saint-Omer. L'édification de ces bourgs caractérise le règne de Baudouin II, et marque le début de l’âge féodal dans la région. Cependant, comme dans le reste de la Neustrie, le problème normand ne trouvera sa solution que sous Charles le Simple qui, par le traité de Saint-Clair-sur-Epte permet à Rollon de s'établir en Normandie.

Après la déposition de Charles le Gros, et l’élection d’Eudes (888) au trône de France, le comte de Flandre, d’ascendance carolingienne (il a été surnommé le Chauve non à cause d’une calvitie, mais en souvenir de son grand-père Charles[1]) soutient la cause de Charles le Simple, alors que le comte de Vermandois Herbert II trahit sa cause et reconnaît Eudes comme souverain. Le frère de Baudouin II, le comte de Cambrai Raoul (ou Rodolphe), pénètre alors en Vermandois, s’empare de Péronne et de Saint-Quentin, mais ces villes sont reprises par Herbert, et Raoul périt dans un guet-apens le 17 juin 896. Baudouin aurait alors commandité le meurtre d’Herbert, qui entre-temps, s’était rallié à la cause de Charles le Simple.

Malgré une réconciliation passagère (la fille d'Herbert, Alix ou Adèle de Vermandois, est fiancée au fils aîné de Baudouin, Arnoul), les hostilités reprennent, le comte de Flandre s’opposant cette fois au roi Charles, qui avait favorisé Herbert. Celui-ci reprend Péronne qui avait été occupée une nouvelle fois, et s’empare de Saint-Omer, du château de St-Vaast, et de son abbaye. Le roi en donne alors bénéfice à l’archevêque de Reims, Foulques le Vénérable, qui l’échange bientôt contre Saint-Médard près de Soissons. Ce qui n’empêche pas la rancœur de Baudouin.

Après la mort de Raoul abbé de Saint-Bertin, Baudouin demande la gestion temporelle de l’abbaye, mais les moines, craignant les exactions du comte, font appel à Foulques, qui est finalement élu abbé, nomination confirmée à la mort du roi Eudes par Charles le Simple. Malgré sa condamnation au synode de Soissons en 893, Baudouin reprendra par la force le château et l’abbaye d’Arras.

La réputation de cupidité du comte s’appuie certainement sur sa convoitise de ces abbayes, qu’il ne réussit pas à obtenir. On le dit également cruel, ce qui s’avère exact, puisque Baudouin n’hésite pas à faire assassiner Foulques le Vénérable par Winemare, châtelain de Lillers, le 17 juin 900. Le successeur désigné de l’archevêque, Hervé, fulmine alors l’excommunication contre le commanditaire du crime, mais Charles le Simple, prince faible, ne peut que pardonner à son trop puissant vassal.

Après sa mort en 918 ou 919, Baudouin II est enterré à l’abbaye Saint-Bertin (comme son père), puis à Saint-Pierre de Gand. De sa femme Ælfthryth, fille du roi Alfred le Grand d'Angleterre, il avait eu deux fils qui se partagèrent ses possessions, et deux filles :

Arnoul Ier, comte de Flandre
Adolphe, comte de Boulogne
Ealswid
Ermentrude

[source Wikipedia]

Arbre généalogique

  1. Baudouin Ier Bras de Fer de Flandres [I4004]
    1. Judith de France [I4005]
      1. Baudouin II le Chauve de Flandres
        1. Ælfthryth de Wessex [I4003]
          1. Arnoul Ier le Grand de Flandres [I4000]
          2. Adalolphe de Boulogne [I4214]

Ascendants

Références des sources

  1. Charles Cawley: Medieval Lands - Foundation for Medieval Genealogy [S0099]